Tendances façonnant les stratégies des acteurs pharmaceutiques suisses

Daniel Leutenegger Advisory Senior Manager, PwC Switzerland 04 déc. 2018

L’industrie pharmaceutique est l’un des principaux moteurs de l’économie suisse. Nous fournissons un instantané des principales tendances du secteur, y compris la numérisation, l’appropriation de la santé par les individus et la médecine de précision. Les entreprises exerçant leurs activités en Suisse sont-elles prêtes à exploiter le potentiel lié à ces tendances ?

L’industrie pharmaceutique en Suisse représentait 38% des exportations helvétiques en 2017 (Volume, contre 32 % en 2016) et celle-ci, au cours des dix dernières années, a affiché une croissance constamment supérieure à celle du reste de l’économie (7,2% entre 2006 et 2016) (Interpharma 2018. Pharma-Markt Schweiz 2018). Le nombre de salariés du secteur a progressé quatre fois plus vite que le reste de l’économie au cours des deux dernières décennies, pour atteindre 45 500 salariés en 2016, ceux-ci étant quatre fois plus productifs en moyenne que l’économie dans son ensemble, selon Interpharma. Peut-on prétendre pour autant que l’industrie pharmaceutique suisse est bien armée pour affronter la prochaine décennie ? Quelles sont les grandes tendances qui façonnent l'avenir de ce secteur en Suisse ? Nous avons identifié six tendances étroitement imbriquées entre elles, susceptibles de se retrouver en ligne de mire de toute société pharmaceutique opérant en Suisse.

Tendances globales : l’évolution démographique et la numérisation

Parmi les « mégatendances » marquantes qui façonneront le paysage des soins de santé à tous les niveaux, l’évolution démographique et la numérisation devraient, selon nous, avoir l’impact le plus marqué sur le secteur pharmaceutique. Par évolution démographique, nous entendons le vieillissement de la population entraînant une multimorbidité et une augmentation de la prévalence de maladies chroniques non transmissibles, qui s’accompagne au final d’un besoin croissant de personnel de soins de santé et de thérapies, ce qui augmente les coûts du système de soins de santé. Les nouveaux modèles et technologies en matière de soins tels que la télémédecine ou l’assistance à l’autonomie à domicile, joueront un rôle crucial pour limiter cette envolée des coûts.

Le recours accru aux nouvelles technologies par le secteur et la population dans son ensemble va avoir un impact considérable sur la recherche biomédicale et le système de soins de santé dans sa globalité. De l’intelligence artificielle appliquée à la recherche pharmaceutique aux analyses basées sur des indices dans le monde réel recourant à des dossiers médicaux (une fois que l’interopérabilité des données de santé entre les hôpitaux sera rendue possible), la numérisation révolutionne la façon dont les soins de santé sont fournis, parce que les différents acteurs intervenant dans l’écosystème des soins de santé reçoivent ainsi les moyens d’opérer plus efficacement. Par exemple, à l’avenir, tout prestataire de soins de santé connecté pourra accéder aux dossiers médicaux partout dans le monde ; les acteurs pharmaceutiques pourront également les exploiter, ce qui leur permettra de conduire les essais cliniques plus efficacement en identifiant le bon patient pour la bonne étude au bon moment. Tandis que la composante la plus jeune de notre population semble moins préoccupée par l’utilisation qui est faite de leurs données personnelles, il est cependant crucial de mettre en place un nombre suffisant de filets de protection des données personnelles de manière à garantir des fondations saines pour exploiter l’énorme potentiel que présente la numérisation des soins de santé. Pour mieux comprendre les mesures que doivent mettre en œuvre les sociétés pharmaceutiques pour réussir leur transformation numérique, jetez un œil à notre récente publication « Going Digital in the Health Industries ».

Tendance technologique de premier plan : la médecine de précision

Portée par l’essor de la révolution génomique et encouragée par des découvertes récentes en biomédecine et en bioinformatique, la médecine de précision promet d’améliorer radicalement les perspectives des patients. La connaissance approfondie de l’état de santé du patient, en y intégrant les données sur les patients - de leur profilage à l’échelle moléculaire jusqu’à leurs données de modes de vie au quotidien - va ouvrir la voie à des soins où les prévisions, la prévention, la personnalisation et la participation jouent un plus grand rôle. Les points de vue divergent quant à savoir si l’émergence de ces nouvelles connaissances de types de maladie entraînera des réductions de coûts grâce à de meilleures possibilités de prévention ou en recourant à des remèdes plutôt qu’à des traitements, ou si ces traitements personnalisés finiront par faire augmenter les coûts des soins de santé dans leur ensemble. D’après une étude récemment publiée par PwC Strategy&, dans le cadre de laquelle 100 dirigeants de sociétés pharmaceutiques ont été interrogés, la médecine de précision devrait permettre de diminuer la taille des groupes de patients et d’améliorer les résultats des essais cliniques de sorte à réduire les délais de mises sur le marché des médicaments innovants.

Tendance politique de fond : l'augmentation des coûts des soins de santé

Les coûts des soins de santé en Suisse ont augmenté entre 2011 et 2015, passant de 10,8 % à 12,1 % du PIB et cette hausse devrait se poursuivre, ce qui s’explique principalement par la progression des maladies chroniques, la multimorbidité et des mesures incitatives instaurées au mauvais endroit au sein du système de santé. Les nouvelles avancées technologiques (p. ex. médecine à distance) et les modèles de coopération en matière de santé ont le potentiel d’atténuer cette évolution. Cependant, cette explosion des coûts peut être considérée comme une conséquence logique du bon fonctionnement d’un système de soins de haute qualité offrant des bénéfices individuels et économiques significatifs. Dans une mesure croissante, les débats sur les coûts par rapport aux avantages qui se multiplient dans la société cherchent à répondre à la question de savoir si la population suisse serait capable d’envisager de plafonner les coûts des soins de santé ou si ceux-ci demeurent une grande « priorité financière » pour la société dans son ensemble.

Tendance économique de fond : le changement des modèles d’affaires

Les nouvelles technologies et les pressions exercées sur les coûts encouragent les organisations à explorer de nouvelles formes de partenariats au sein du secteur de la santé et à repenser la façon d’intégrer leur propre chaîne de valeur. Depuis déjà plusieurs années, l’industrie pharmaceutique a réduit son intégration verticale. Par exemple, les laboratoires pharmaceutiques concentrent de plus en plus leurs efforts sur la commercialisation de médicaments et il ressort que les ventes de produits développées par une entité distincte deviennent plus importantes que ceux développés en interne: l’accroissement des revenus tirés de produits obtenus de sources externes a été significativement plus élevé sur la période 2005-2014 que celui des revenus générés par des produits développés en interne, comme le montre une étude de Datamonitor. De la même manière, les sociétés pharmaceutiques réduisent actuellement leur empreinte manufacturière en cédant des sites de fabrication à un nombre grandissant de sociétés de fabrication contractuelles (CMO). Une étude récente de PwC Suisse fait ressortir qu’en bas de la chaîne de valeur, au niveau des prestataires de soins de santé, les directeurs d’hôpitaux CEOs s’attendent à l’émergence de tout un éventail de nouveaux modèles d’affaires dans les années qui viennent, notamment une extension des cliniques de soins ambulatoires sans rendez-vous.

Tendance socioculturelle de fond: s’approprier sa santé

Compte tenu du rythme auquel les nouvelles technologies sont adoptées par la société, la numérisation offre aux personnes la possibilité d’accéder à des informations d’ordre général et personnelles en matière de santé. Il en découle au sein de la population une plus forte sensibilisation aux thèmes de santé, ce qui à son tour alimente l’exigence des attentes à l’égard des soins offerts. Les patients du futur s’attendront à participer à tout type de prises de décision en matière de santé et à recevoir des soins personnalisés: la place du patient évolue rapidement actuellement pour passer de celle d’un « objet » à celle d’un « sujet ». Dans une mesure croissante, les patients s’approprient leur santé. Simultanément, ce « consumérisme des soins de santé » engendre une confusion progressive entre « sain » et « malade » et une certaine « manie à l’égard de la santé » s’observe dans la population. Dans ce contexte, il serait intéressant de consulter les résultats de notre brainstorming public lors du Swiss digital day sur les souhaits de la population suisse concernant le système de santé.

Il s’agit là de grandes tendances et de développements clés qui façonnent actuellement l'avenir de l’industrie pharmaceutique en Suisse.

Il existe cependant d’autres tendances globales, telles que la mondialisation, et de nouvelles évolutions, telles que le renforcement des réglementations en matière de protection des données, les nouveaux modèles de remboursement et les restrictions en matière d’immigration, qui méritent elles-aussi d’être prises en compte. Nous prévoyons d’aborder d’autres thèmes majeurs des sociétés pharmaceutiques suisses au cours des prochains mois, en fonction de nos perspectives sur ce marché. Ces thèmes couvriront notamment la tarification basée sur la valeur et l’engagement des groupes de patients par les grandes enseignes pharmaceutiques. Restez à l’écoute sur ce canal pour de futures discussions sur ces thèmes.

Résumé

  • L’industrie pharmaceutique est l’un des principaux moteurs de l’économie suisse
  • Nous abordons six tendances qui influencent le plus les stratégies des sociétés pharmaceutiques opérant en Suisse
  • Ces tendances incluent notamment la numérisation, l’appropriation de la santé par les individus et la médecine de précision
  • Selon vous, quelles autres tendances ou évolutions façonnent l’avenir des sociétés pharmaceutiques basées en Suisse ?

Nous contacter

Dominik Hotz

Partner Advisory, PwC Switzerland

Tel : +41 58 792 53 09

Bodo Baumeister

Partner Advisory, PwC Switzerland

Tel : +41 58 792 1505

Philip Sommer

Partner, Leiter Beratung Gesundheitswesen, PwC Switzerland

Tel : +41 58 792 75 28

Daniel Leutenegger

Advisory Senior Manager, PwC Switzerland

Tel : +41 58 792 2377