Économie circulaire : montres et produits de luxe

Découvrez pourquoi tout le monde bénéficie d’une utilisation plus durable des matières premières

Alors que les gouvernements et les organisations supranationales accélèrent le rythme des progrès vers des émissions nettes nulles, la pression s’accentue sur les industries pour qu’elles trouvent des moyens de fonctionner de manière plus durable. Les entreprises influentes commencent à adopter des solutions gagnant-gagnant qui leur permettront non seulement de répondre à des exigences et des attentes de plus en plus strictes en matière de durabilité, mais aussi d’accroître leur efficacité et, en fin de compte, leur rentabilité. La circularité – ou économie circulaire – apparaît comme l’une des approches stratégiques les plus prometteuses.

La circularité peut être définie comme la préservation des ressources par la minimisation des apports de ressources et des déchets, des émissions et des pertes d’énergie des produits au fil du temps. L’horlogerie et les produits de luxe sont un exemple de segment qui a beaucoup à gagner, en termes économiques et de réputation, à s’attaquer à ce problème. Le problème est que la plupart des clients, et de nombreuses personnes dans le secteur lui-même, n’ont pas conscience de l’impact environnemental global du modèle économique.

Les avantages de la circularité dans l’industrie horlogère et du luxe

  • Il existe un potentiel considérable de rationalisation des processus, aussi bien en amont qu’en aval.
  • Sécurisation de l’accès au capital d’investissement et de financement dans les futures conditions.
  • Les avantages en termes de réputation sont considérables (pensez aux matériaux provenant de zones de conflit et aux exigences ESG).
  • La circularité vous rapproche de l’objectif « zéro émission ».
  • L’adoption de produits à faible teneur en carbone est rentable à long terme, car la taxe sur le carbone augmentera considérablement au fil du temps.
  • Comme de nombreux clients et le secteur lui-même ne sont pas conscients du potentiel de durabilité, c’est une excellente occasion de vous positionner tout en améliorant votre efficacité et en réalisant des économies.

S’attaquer à l’empreinte écologique de la chaîne de valeur du secteur de l’horlogerie et de la bijouterie

Derrière le cadran d’une montre de luxe se cache ce qui, dans de nombreux cas, est une immense empreinte écologique résultant d’une chaîne d’approvisionnement longue et complexe. Malheureusement, cette chaîne d’approvisionnement est souvent une boîte noire. En réalité, cependant, des choix importants sont faits à chaque maillon de la chaîne – de l’extraction et de l’approvisionnement en matériaux à l’utilisation par le client, en passant par la distribution du produit, la vente et le marketing. Toutes ces décisions ont une incidence sur l’empreinte sociale et environnementale.


Les choix aux différents stades de la chaîne de valeur

L’une des principales raisons de l’importante empreinte environnementale du secteur de l’horlogerie et des produits de luxe est l’approvisionnement en matières premières. L’industrie utilise plus de 50 % de la production annuelle d’or dans le monde (plus de 2 000 tonnes), ce qui entraîne d’importantes émissions de carbone. L’empreinte carbone de l’or recyclé est beaucoup plus faible que celle de l’or nouvellement extrait (or vierge). Mais seulement 25 % de l’or utilisé pour fabriquer des bijoux et des montres est recyclé. Il est clair que le secteur dispose d’un grand potentiel pour améliorer radicalement ses performances dans ce domaine, et ce jusqu’à la fin du cycle de vie du produit. C’est aussi l’opportunité, au-delà des considérations propres à ce secteur, de surmonter cette difficulté en concertation avec d’autres secteurs (p. ex: les finances, l’électronique), eux aussi considérablement exposés à la problématique de ces matières premières.

Comme le montre cet exemple, les décisions à prendre au stade de l’extraction et de l’approvisionnement consistent à choisir entre des matériaux vierges (tels que l’or ou les diamants) coûteux sur le plan environnemental et social et des ressources recyclées. D’autres choix ayant un impact important à ce stade sont l’exploitation minière à grande échelle (LSM) par rapport à l’exploitation minière artisanale à petite échelle (ASM), le transport des matériaux par bateau ou par avion, le transport par camion ou par avion, et les sources d’énergie utilisées pour raffiner les matières premières et fabriquer le produit fini.

Les alternatives aux matières premières couramment utilisées offrent également un grand potentiel d’amélioration de la performance environnementale et éthique des produits de luxe au stade de l’extraction et de l’approvisionnement. La production de matériaux d’origine animale entraîne des émissions de carbone très importantes, notamment le cuir utilisé pour les bracelets de montre. Premièrement, le problème général est que le bétail, notamment les bovins, représente un pourcentage étonnant des émissions mondiales de carbone (selon de nombreuses estimations, bien plus de 10 %). Deuxièmement, la quantité de cuir nécessaire pour découper le patron est beaucoup plus importante que le bracelet lui-même, ce qui entraîne une grande quantité de déchets. Troisièmement, le cuir doit être impeccable et provient donc de zones sèches et déboisées où les peaux de vache ne sont pas marquées par les piqûres de moustiques. La bonne nouvelle, c’est qu’il existe déjà des alternatives, avec des entreprises telles que Modern Meadow et sa gamme ZOA, qui fournissent des matériaux biofabriqués d’origine végétale et sans animaux.

Des choix critiques sur le plan environnemental et social sont également faits aux stades de la distribution, de la vente et de la commercialisation des produits. Il s’agit notamment de décisions concernant le mode de transport des marchandises, les matériaux utilisés dans les vitrines et la fréquence des campagnes de marketing. 

Par exemple, les présentoirs des points de vente dans les magasins de luxe sont généralement de grande taille et utilisent des quantités importantes de matériaux par rapport au petit nombre de montres qu’ils présentent. Si ces vitrines sont changées régulièrement en raison de la fréquence élevée des campagnes de marketing, la quantité de matériaux utilisés est encore plus importante. 

En revanche, les produits de luxe vendus en ligne ne nécessitent pas de vitrines physiques, ce qui réduit énormément les matériaux utilisés. Cependant, la fréquence des envois augmentera, et avec elle les quantités de matériaux d’emballage nécessaires.

Enfin, il existe des choix cruciaux au stade de l’utilisation par le client, qui influencent l’empreinte d’une montre. Est-ce que je veux acheter une montre à quartz, une montre intelligente ou un modèle mécanique ? Que se passe-t-il lorsque je ne m’en sers plus ? Dois-je la mettre au rebut ou la vendre à quelqu’un d’autre ? Ou s’agit-il d’un investissement précieux que je veux transmettre comme un héritage familial ? 

Même si chacun de ces choix pris isolément n’a qu’un impact relativement faible, l’effet cumulé est immense. L’industrie pourrait faire beaucoup pour améliorer ses performances environnementales et sociales si à chaque étape de la chaîne, les choix étaient effectués de manière plus consciente et transparente – et en tenant compte de la circularité.

En résumé : la circularité transforme la pression en potentiel 

Le secteur de l’horlogerie et des produits de luxe est soumis à la pression des organismes de réglementation et des autres parties prenantes (y compris, progressivement, des investisseurs) pour qu’il soit transparent quant à son empreinte environnementale. Compte tenu de la sensibilité croissante et généralisée aux facteurs ESG (environnement, social et de gouvernance), cette pression n’ira qu’en s’intensifiant.

La circularité peut aider les entreprises de ce secteur à transformer la pression en opportunité. L’économie circulaire a un sens tant sur le plan commercial qu’environnemental. En examinant de près leur chaîne de valeur et en repensant la manière dont ils utilisent et réutilisent les ressources, les fabricants de montres et de produits de luxe ont une excellente occasion d’opérer de manière plus durable, de progresser vers des émissions nettes nulles et, ce faisant, de réduire les coûts et, en fin de compte, d’être plus efficaces et plus rentables.

 

En savoir plus dans l'enregistrement de notre webinaire

Dans notre webinaire sur la circularité dans l’industrie horlogère et du luxe qui a eu lieu le 18 mai 2021, nous avons examiné comment l’industrie peut s’appuyer sur les principes de l’économie circulaire pour progresser vers des objectifs de neutralité carbone: 

  • Réduction de la consommation de matériaux et les émissions qui en découlent, et passage d’une approche linéaire à une approche circulaire.
  • Utilisation de matières premières recyclées pour réduire considérablement l’empreinte carbone.
  • Adoption des principes d’éco-conception pour fermer les boucles d’énergie et de matériaux et réduire les émissions de carbone. 

Nous avons expliqué qu’il s’agit d’une occasion idéale pour le secteur de souligner sa durabilité intrinsèque et de communiquer efficacement sur ce positionnement : les montres et les bijoux de qualité sont des produits haut de gamme qui sont traditionnellement achetés pour être appréciés longtemps et souvent transmis de génération en génération. La notion de durabilité est donc dans l’ADN de l’industrie. Notre enregistrement du webinaire sur la finance circulaire vous offre également la possibilité de considérer ces questions dans la perspective du secteur financier, à un autre niveau de la chaîne de création de valeur.

Regardez l'enregistrement  

Téléchargez notre nouveau rapport

Découvrez comment transformer et développer votre entreprise en adoptant les principes de l’économie circulaire dans notre nouveau rapport «Economie circulaire, la nouvelle norme – Pour un avenir en phase avec la stratégies commerciale suisse».

Téléchargez le rapport complet

{{filterContent.facetedTitle}}

{{contentList.dataService.numberHits}} {{contentList.dataService.numberHits == 1 ? 'result' : 'results'}}
{{contentList.loadingText}}

Nous contacter

Christophe Bourgoin

Christophe Bourgoin

Partner, Investor Reporting and ESG Leader, PwC Switzerland

Tel : +41 58 792 25 37

Dr. Antonios  Koumbarakis

Dr. Antonios Koumbarakis

Head Sustainability & Strategic Regulatory, PwC Switzerland

Tel : +41 58 792 45 23